L’artisana


L’artisanat marocain occupe partout une place de premier plan. Les précieux manuscrits de la bibliothèque royale ou ceux de la mosquée Qarawiyyin témoignent d’un art remarquable de la calligraphie. Les bijoux en or et en argent sont finement travaillés. Les céramiques anciennes (poterie vernissée ou faïence émaillée) présentent des décors constitués de fleurs et d’arabesques monochromes, généralement bleus, ou polychromes, aux tons bleus, bruns, verts et jaunes. Celles de Fès sont particulièrement renommées. La richesse de ce patrimoine marocain ne doit pas laisser dans l’ombre l’extraordinaire variété de l’artisanat marocain : poterie, travail du bois, maroquinerie, confection, travail des métaux, vannerie, assemblage de tapis et de couvertures. Les artisans marocains, que ce soit en milieu rural – essentiellement berbère – ou dans les villes – ils sont organisés en corporations dans les cités -, font preuve d’un savoir-faire et d’une habileté remarquables.

L ’ artisanat fait partie du patrimoine national marocain. Il est la formule d ’ un art principalement populaire maintenu au cours des décennies, conçu dans les matières d ’ origine locale, au service de la vie quotidienne. L ’ Artisanat marocain est sans doute le plus riche et le plus vivace de tout de Maghreb, il fait appel à tous les matériaux accessibles et disponibles: argile, laine, bois, cuir, métaux… L ’ assemblage de ces matériaux variés et la diversité des formes et des couleurs font que l ’ on aura l ’ embarras du choix devant des articles portant souvent un label de haute qualité.

Tapis
Sujet décoratif ou élément nécessaire ou confort quotidien, le tapis, d ’ une interminable variété, est indissociable de l ’ intérieur marocain. Si l ’ existence des tapis citadins ne remonte pas au-delà du XVIIIéme siècle, l ’ origine des tapis ruraux ou berbères se perd dans la nuit du temps. A côté des tapis rbatis, vous avez ceux du Rif, du Moyens ou Haut-Atlas qui sont les plus recherchés et les plus appréciés.

Broderies
Dans notre pays, la coutume veut que toutes les jeunes filles de bonne famille apprennent à broder dès leur tendre enfance. Dans les villes de Rabat, Fès, Meknès et Salé, de nombreuses broderies sont exécutées sur des supports différents comme les «Gandoura», les «Djellabas» ou encore sur des ceintures, le tout composé essentiellement de soie ou de voile.

Armes
Les armes ont pour fonction, à l ’ origine, la défense de l ’ homme. A une certaine époque, au Maroc comme dans certains pays, les gens en faisaient un complément obligatoire de leur tenue lors des fêtes et cérémonies. Parmi ces armes, le poignard «Khandjar» reste l ’ arme traditionnelle la plus répandue, il existe deux types de poignards: celui à lame droite portant le nom de «Sboula», et celui à lame courbée appelée «Koumiya». Comme il existe aussi d ’ autres formes traditionnelles, à priori les fusils «Mokahla» accompagnés de poudrières, portées en bandoulière, ou sabres «Sif». Tous ces articles peuvent être personnalisés et modifiés chez un orfèvre, soit par incrustation de pierres précieuses, soit par des gravures sur cuivre ou argent.

Dinanderie
En dehors du fer forgé, les artisans du métal emploient particulièrement le cuivre, le laiton ou le bronze. Parmi les articles les plus connus et les plus appréciés, nous avons: plateaux, lanternes rehaussées de verre coloré, chandeliers en cuivre, cendriers ou encore heurtoirs de portes sous forme de Khmissa ou main de Fatma.

Bijoux
Colliers, boucles d ’ oreilles, ceintures, anneaux de bras et de pied…, les femmes marocaines sont comblées. Soudés, ciselés, niellés, cloisonnés, rehaussés de corail ou de pierres précieuses, les bijoux ont longtemps été, dans notre pays, le domaine réservé des artisans juifs. En ville, l ’ or a la préférence, il est façonné de longue date à Fès, Meknès, Rabat, Tanger, Marrakech, et dans le nord à Tétouan et Tanger où il est destiné particulièrement à la haute bourgeoisie. Tandis que l ’ argent, surtout travaillé à la compagne, servant en parti à la fabrication d ’ armes blanches (Tiznit, Taroudant, Essaouira), donne accès aux moins fortunés et aux campagnards.

Maroquinerie
Le Maroc, pays du cuir possède mille et une façons de travailler le cuir tout en appliquant les règles de la tradition ancienne. Parmi les innombrables objets que le touriste peut acheter: poufs, sacs, porte-monnaie, selles d ’ apparat (devenues surtout décoratives) et autres créations modernes telles que porte-documents ou garnitures de bureau.

//

Artisanat utilitaire né il y a plus de trois mille ans, la céramique devient un art des plus subtils lorsque les potiers de Fès, formés par des maîtres venus d ’ Espagne au IX ème siècle, affinent leur technique et développent un sens élaboré de l ’ ornementation. A part les assiettes aux multiples dimensions et aux couleurs très variées, vous trouverez dans les souks, une panoplie d ’ articles tels que des services à café, des soupières ou des vases, découlant ainsi d ’ un savoir-faire sans pareil.

Bois
Le Cèdre de l ’ Atlas, le Thuya et le Citronnier sont souvent utilisés pour réaliser des coffres ou des berceaux souvent peints de couleurs vives, ainsi que certains éléments décoratifs tels que des Moucharabiehs (en bois de cèdre), sujets constitués par des petits éléments assemblés pour former des géométries savantes. Par contre, pour la marqueterie et les incrustations, ainsi que pour la fabrication des petits objets, on emploie d ’ autres essences comme l ’ Acajou ou le Noyer.

Explore posts in the same categories: Uncategorized

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :